Aller en bas
K/S
Messages : 3
Date d'inscription : 24/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Notes du front de Sara K Wayne Empty Notes du front de Sara K Wayne

le Mer 30 Mai - 10:08
La calligraphie appliquée  dénote avec la tenue et l'apparence de la jeune recrue.

"Je ne sais pas dans quoi je me suis encore foutue. Mais je ne n'imaginais pas tout à fait cela. Après plusieurs jours de marche je suis arrivée au camp afin de rejoindre mon escouade. J'ai commencé par un malentendu que personne n'a relevé, en pensant que le capitaine était un sylvari. Il s'agit en fait d'une humaine, une femme. A  vrai dire j'ai pas trop eu le temps de faire connaissance. L'escouade était  sur le point de partir pour une opération. Résultat j'ai enquillée une nouvelle marche. Mais bon, les soldats me semble pas hostiles, enfin de prime abord. Et puis pour le coup je suis là de mon propre chef, ça change aussi sur ce que je peux renvoyer.

Donc aussitôt arrivée, aussitôt partie. En ordre et tout le tralalala...Finalement ma formation chez les cadets et mon service forcé auprès de cette magnifique et magnanime couronne de Kryte m'auront servit à quelque chose.  Ca m'a évité de passer pour la débilette de service.
Après un bout dans un paysage qui donnait pas envie de faire un déjeuner champêtre on s'est pointé sur la ligne de front. Y avait des veilleurs mais aussi des légionnaires charrs. C'est la première fois que j'en voyais, des charrs, en action et en ordre de bataille. Ceux que je croise d'habitude c'est des gros saoulards qui dépensent leurs soldes dans les tavernes du Prom....Sérieux ça a rien à voir, et tous le matos. Même si visiblement ils étaient en difficulté sur cette position.
C'était quand même bien flippant. La position sur laquelle on s'est rendue se faisait canarder par des mortiers ou des trucs du genre. Quand on m'a envoyé dans les Hinterlands au pire on se coltinait des catapultes, c'est déja angoissant mais là j'avoue que c'était pire. Et puis quand t'arrives quelques part et que tu vois que des charrs sont eux mêmes en galère, tu te dis que ça va pas être simple tout ça.
Il faut rester impassible, pas trop montrer qu'on a peur, ça peut être communicatif et surtout tenter de garder le contrôle pour faire ce qu'on a à faire. Je croyais jamais penser ça mais  ce moment j'ai remerciée cette salope d'Albepierre. Ouais on peut vouloir la mort de quelqu'un mais aussi reconnaître que cette personne vous a apportée des trucs utiles. Ces semaines à nous faire chier avec des exercices, à nous gueuler dessus, finalement ça m'aura été utile.

En tout cas, ça a continué à s’enchaîner super vite. On nous a donné nos objectifs. le tacticien (faut que je sois au point sur les grades, j'avoue avoir fait l'impasse sur ça en pensant que toutes les armées étaient organisées pareilles) m'a filé des indications. Le temps de déposer mon sac et laisser Chien au camp, qu'on s'est retrouvé regrouper devant un parapet menant au champ de bataille. Le tacticien a balancé un sort pour mettre de la brume et nous permettre d'accéder à la zone sans faire de nous des cibles facile. C'est un moment particulier. je crois que j'aurais eu envie d'entendre le capitaine nous dire qu'on avait un contre ordre et qu'on repartait. Merde j'ai pas d'attaches mais dans ces moments on a quand même bien peur. L'ordre est lancé, le temps d'une inspiration et je me suis retrouvée avec les autres sur ce sol jonché de merdes diverses et de trous d'obus. Je crois que j'ai fait ma part de travail, même si ça m'a coûté deux blessures.  Une d'ailleurs m'a bien fait peur, j'ai vraiment cru que c'était fini, mais j'ai découvert que les plaies les plus spectaculaires ne signifient pas les plaies les plus mortelles. Et puis ça a rien a voir avec ma blessure que j'ai eu contre les centaures. Mais j'ai pas eu trop le temps de m'apitoyer sur mon sort, même si j'avais mal rester à se lamenter aurait fait de moi une proie facile ou ça aurait été laissé d'autres soldats risquer leurs fesses. Donc il a fallu y retourner.

Dans la fureur des combats j'ai  surtout réagi machinalement, difficile de retranscrire ce qu'on a fait ou vu. Mais il m'a semblé que les objectifs ont été atteint. On en a bavé par contre, on était en sous nombre et en face en plus d'avoir des défenses ils avaient de l'artillerie. D'ailleurs en écrivant je réalise que c'est la première fois que j'ai combattu des charrs et je crois que j'en ai blessé, voir tué quand je vois le sang séché sur ma hachette. De là à me prendre pour Gwen Thackeray! Hahaha si ces connards de l'Avant Garde que j'avais croisée il y a quelques années et qui m'avait renvoyé à un statut de gamine avait été là, ça leur aurait surement cloué la gueule!

En tout cas quand l'ordre de retraite a été lancée on s'est pas fait prier, et vu les sourires des soldats malgré la fatigue et les blessures quand on est arrivé, ça devait bien signifier qu'on avait réussi notre truc.

Maintenant il va falloir que je me repose, ma hanche me fait souffrir à nouveau. Effectivement, je ne sais pas dans quelle galère je me suis encore mise, mais là je suis en vie et pas gravement blessée."
K/S
Messages : 3
Date d'inscription : 24/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Notes du front de Sara K Wayne Empty Re: Notes du front de Sara K Wayne

le Ven 1 Juin - 19:17
Deuxième jour, deuxième operation. Pas le temps de s'apitoyer sur mes blessures d'hier. On repart mais cette fois à la recherche d'infos. Bonne nouvelle on quitte notre position pour la journée au moins. ça permet de profiter du paysage, car ça devait être beau Ascalon par le passé....Le regard sur ces paysages tranquilles et une main sur la garde de son arme, car même si on progresse a travers des endroits pittoresques, une embuscade n'est jamais trop loin.
On se pointe dans un village charr, là encore le cadre est agréable. Notre patrouille se divise en deux, je me retrouve avec le docteur Plokk, un asura un peu irascible et Azdhar un charr. Ce dernier couvre nos arrières quand on est en mouvement.
Mais là c'est moi qui me colle à la surveillance. Sortie du Prom je suis pas douée pour les relations sociales et les interrogatoires. Au bout d'un moment on a retrouvé les autres. Ils avaient ferré une de nos cibles. A partir de là on a eu des contacts avec l'Ennemi.
Pour ma part après avoir neutralisé un tireur, je me suis retrouvée face à un charr. Mais un charr genre mage ou un truc du genre. je l'avais en joue et juste un regard pour voir comment ça se passait pour les autres que je me retrouve avec ce monstre devant moi. Il m'a foutu un sac sur la gueule, ça a été la panique. Je me suis débattue mais i avait un truc dans le sac, de la drogue c'est ce que m'a dit Plokk plus tard. ça m'a fait vraiment flippée, j'ai cru que je redevenais folle. A partir de la j'étais pu dans le truc.
Je me souviens juste du camp, visiblement on avait pu avoir des infos.
En tout cas deux jours et deux engagements et je m'en suis pris dans la gueule deux fois. j'ai peur d'y passer quand même.


Il y a un espace qui indique que les notes suivantes correspondent à un autre jour

Le lever est chiant, car matinal et je suis encore dans les vapes de cette drogue que cette ordure charr (qui nous a échappé) m'a balancé. Et puis cette sensation de perdre pied de devenir dingue. Ca rappelle ce qui m'est arrivée i a quelques temps. L'enfermement, les pensées pas rationnelles, la sensation d'être nulle part....
On repart cette fois c'est un officier charr qui prend la tête, d'ailleurs on est soutenu par pas mal de charr. J'ai eu le pressentiment que leur sur représentation, ça voulait dire que ça allait être la merde et ça s'est vérifié.
On s'est retrouvé dans des ruines. Un coin couvert de brumes. Des trucs qui datent. J'entendais les officiers et des croisés parlaient d'esprits....Juddith et d'autres avaient du matos contre ça. On a du s'engager dans cette brume. Et à nouveau on s'est retrouvé confronté à ces trucs, des vagues de fantômes. J'ai récupérée, ou on m'a filé un fusil spécial contre eux. Mais ça arrêtait pas...On a du escalader un muret.
On a enchaîné ensuite des rencontres flippantes. Un des charrs a récupéré une épée gardée par une armure enchantée. ça nous a aidé contre les fantômes mais ça a attisé d'autres choses....
Le combat a duré un moment, on a cru plusieurs fois se faire déborder par les esprits, mais finalement on s'en est sorti....On s'en est sorti pour entendre parler d'un futur assaut sur les lignes ennemies, celles ou deux jours avant on menait le coup de feu pour affaiblir les positions ennemies.
Il est donc temps que je me couche, car demain on va remettre ça.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum